It’s a match !… ou pas.

 

Ah les sites de rencontres ! Ce vaste supermarché où tu te sens à la fois l’acheteur et le produit !
C’est comme si j’avais la sensation d’être une tomate bien juteuse qui, pendant qu’elle regarde quel
haricot pourrait lui convenir pour finir ses vieux jours, se fait lorgner par la patate d’à côté qui ne
rêve que d’une petite sauterie. Bref, c’est compliqué.

En tant que célibataires (ou pas d’ailleurs !), on a tous déjà testé les applications et sites de
rencontres (et si ce n’est pas le cas, attendez, ça va venir.) Parfois ça match, souvent ça ne match pas
vraiment.

Pas du tout même.

Et en tant que petite tomate bien mûre, j’ai décidé de rouler vers ces moyens de rencontrer des
gens, pour découvrir ce monde virtuel et totalement surréaliste et je vais vous dire mon ressenti.

Arrivée sur la première planète, Tinder, j’ai déchanté : au début, c’est rigolo, tu passes ton doigts sur
les photos des mecs en hurlant dans ta tête « NEXT » et soyons francs, ça défoule. Mais le pouvoir du
jeté d’hommes par l’index, ça s’apprend. Parce que si tu swipes trop vite, tu ne peux plus jamais
revenir en arrière, ce qui t’apprend le principe de « un de perdu, un de perdu ».

Comme je l’ai dit,
c’est pas mal drôle d’avoir le pouvoir au bout des doigts, tout comme le fait de s’envoyer les
screenshots des profils les plus aberrants entre copines. (Parce que oui, messieurs, les filles font ça.
Et vous prenez cher !) Parfois, on se demande même si vous n’êtes pas un fake tant le degré de
consternation est grand, c’est dire.

Et puis bon, sur Tinder, tout le monde le sait, c’est pour le cul. Mais quand même. Est-ce trop
demandé une petite phrase gentille et correcte avant un « t libre se soir Ou pa ? ».

Bref, c’en est trop pour moi, je roule vers la planète numéro deux : Happn !
Alors là, c’est l’application qui vous permet de faire savoir au monde entier, y compris vos amis,
collègues, cousins que vous recherchez l’amour. Ou le sexe. Ou des amis. Ou une peluche. Ou que
vous êtes paumé dans votre vie. L’application te permet de rencontrer les gens que tu as déjà
croisés, comme ça, quand tu croises un bel étalon dans le métro, pas de panique : tu le retrouveras
sur Happn ce soir ! Sauf que dans la réalité, il y a plus de chance que tu croises Jean-Michel, 54 ans,
ton boss plutôt que Guillaume, 28 ans, astronaute aux yeux bleus. Bah ouais.

Les astronautes ne prennent sûrement pas le métro, déjà. Du coup, qu’est-ce que tu gagnes ? Le sourire gêné et le
regard fuyant dudit Jean-Michel lundi matin à la machine à café. Non, merci.

Du coup, je file sur la troisième planète. Ici, c’est comme au supermarché, tu as le droit de mettre les
hommes dans ton caddie.

C’est drôle, la plupart des femmes prône l’égalité des sexes mais elles sont d’accord pour mettre un homme dans un caddie en toute tranquillité. Il n’y a rien qui vous choque ?

Question respect et féminisme (ouh le mot qui fait peur à tout le monde !), on repassera ! En plus, il
faut répondre à un tas de questions, comme par exemple si vous cherchez un fumeur. Devant mon
écran, je réfléchis une minute : non, je ne recherche pas un fumeur, mais tous mes ex l’étaient et je
ne vois pas pourquoi j’éliminerais les fumeurs, qui peuvent être des gens très cools. (En plus, c’est
pratique de trouver un briquet à portée de main quand tu fêtes un anniversaire.) Et puis le nom n’est
pas du tout vendeur : Adopte un mec. Je ne veux pas considérer les hommes comme des pauvres
petits êtres sans défenses et abandonnés sur une aire d’autoroute. Même si parfois, certains profils y font fortement penser! Bref, je préfère adopter un chat, tiens.

Quatrième planète mais non des moindres, Gleeden, le site de rencontres extra-conjugales pour les
personnes mariées infidèles. Oui, vous avez bien lu. En plus de vous faire tomber dans les bras d’un
homme marié (chouette ! une relation de dépendance affective exclusive irrégulière et déprimante
lors de périodes festives de notre existence ! #noel #anniversaire #vacances #stvalentin), le site vous
propose des alibis et bonnes excuses à donner à votre conjoint lorsque vous rentrez de votre petite
ratatouille avec la patate. Ceci dit, ça n’empêche pas l’odeur de friture (Promis, cette métaphore est
bientôt terminée).

Non mais non ! Si on est un infidèle digne de ce nom et qu’on l’assume, on aime surtout le risque et
l’aventure ! Ici, on est déjà au courant que tout le monde veut du sexe hors couple, que c’est
« open » quoi. Quelle est l’excitation là-dedans ? Et merci, mais je n’ai pas besoin qu’on me fournisse
la moindre excuse bidon quand je rentre d’un date avec un amant : à l’école, avec moi, l’excuse du
chien qui a mangé mon devoir passait comme une lettre à la poste. Et toc !

Un ami me parle d’une cinquième planète, OkCupid. Ca ressemble à Tinder, mais tu as accès aux
goûts de la personne, ses loisirs, ses valeurs, et l’application calcule le taux de pourcentage de
compatibilité qu’il y a entre vous. Comme si le fait que j’aime ou non les soirées pizzas ou parler
politique pouvait déterminer si untel est compatible avec moi. Ainsi l’application aurait pu me
donner 79% d’affinité avec « Michel Fourniret, bélier, aimant la nature et les coins tranquilles, sex-
driven, outgoing, aggressive et experienced++ » qu’elle aurait pu me donner avec Léonardo Di
Caprio. Même si Léo n’a pas encore téléchargé l’appli, je le sais de source sûre.
De surcroît, sur OkCupid, il n’y a pas de filtre : tous les mecs peuvent te parler, ce n’est pas toi qui
choisis.

C’est comme dans la rue quand tu te fais aborder avec la même rengaine « Excusez-moi
Mademoiselle, je vous ai vu et j’ai eu envie de vous parler…blablabla… [blague pas drôle/lourde]…
blabla… avoir votre numéro… blaaaaa ». Du coup, tu ne peux échapper à personne. Des centaines
d’individus t’écrivent (presque tous la même chose, d’ailleurs) et ne veulent qu’une chose : pécho.
Exemple avec cette conversation :

Bigorneau9575 : Coucou, je recherche une relation sérieuse et durable avec une personne avec qui
j’aimerais fonder une famille plus tard. Et toi ?
Belle_gosse1 (pourquoi pas, comme pseudo) : Je ne recherche pas du sérieux, je veux juste m’amuser
et je ne suis pas pour l’exclusivité.
Bigorneau9575 : ok. Tu t’appelles comment ? On peut boire un verre ?
(Toute ressemblance avec des situations réelles ou avec des personnes existantes ou ayant existé ne
saurait être que fortuite, bien évidemment.)
Voilà voilà, CQFD.

Outre l’indécision des hommes, je pense qu’il serait bon de leur fournir une notice d’explication
d’utilisation pour ce genre de sites de rencontres et autres love applications, par exemple :
-si la fille ne répond pas à votre 8 ème message, n’insistez pas.
-si vous n’avez pas mis de photo… Pourquoi ne pas mettre de photo ?!
-si vous savez que vous êtes canon et que vous n’avez généralement pas beaucoup d’efforts à faire
pour obtenir une réponse à vos messages, il serait considéré comme opportun d’écrire plus d’un mot
à votre destinataire.

-au contraire, si vous n’avez pas un physique avantageux, n’écrivez pas toute votre vie transpirante
de désespoir dans un premier message. Ni dans le second.
-Si vous êtes pressé de rencontrer votre destinataire autour d’un verre, dites bonjour d’abord.

-si vous faites un pari avec votre cousine de 19 ans pour savoir si vous pouvez réussir à vous détacher
les pieds et poings liés avec du scotch en moins d’une minute pour gagner un resto, l’application ne
pourra rien faire pour vous mais vous conseille de suivre des ateliers poterie, ça détend.
-si vous arrêtiez avec les questions dont tout le monde se fiche éperdument comme « quelles sont
tes horaire de boulot ? », ce serait chouette.
-si vous lisiez le profil des nanas que vous contactez sans en faire un copier-coller dans votre
message, c’est mieux.
-si vous pouviez écrire en français, aussi. Sans grosses fautes. Bon, écrivez au moins « ça va » avec un
ç et pas un s.
– si vous pouviez choisir un pseudo adapté à votre recherche, ce serait plus adéquat (parce qu’un
« Pornman qui cherche du sérieux, c’est ridicule, pas crédible, voire carrément désespéré.)
-si la fille lit vos messages mais ne répond pas, c’est que vous ne lui plaisez pas. Pourquoi vouloir à
tout prix une explication là-dessus ?

Et enfin, si la fille te dit non, c’est non. C’est une question de consentement. Si tu n’es pas à jour avec
ce terme, il n’y a pas de honte à avoir : tu tapes « consentement tasse de thé » sur Google et tu
regardes la vidéo explicative. Tu vas voir, tout s’éclaire après.

Bref. J’ai fait le tour du globe virtuel à la recherche du haricot magique mais à ce moment-là, j’avais
oublié qu’il était possible de rencontrer des gens dehors, tu sais, dans la réalité. Et si on essayait ?

Marion Delage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *