A ces individus de passage

En ce jour où l’on fête l’amour, il me semble important de réactualiser une phrase que tout le monde emploie mais qui n’est souvent pas réellement comprise ni mise en pratique. « Avant d’aimer les autres, il faut savoir s’aimer soi-même. » Alors aujourd’hui, je fête l’amour que j’ai pour moi-même, et je jure de le fêter tous les jours de ma vie. Je ne cherche plus à être l’ombre de quelqu’un, j’avance seule pour affirmer ma véritable identité. Bien sûr, j’ai beaucoup d’amour à donner, mais je m’en suis privée trop longtemps et il est temps de rétablir l’équilibre. Toi aussi tu as souffert, tu as fait souffrir, nous sommes responsables de nos actes, de nos paroles… Alors en ce jour de Saint-Valentin, j’aimerais remercier tous ces individus de passage qui m’ont permis finalement de me construire, tous ces gens qui ne m’ont pas aimée, comprise ou même parfois regardée. Je leur pardonne d’avoir été simplement eux-mêmes, en phase avec leurs désirs dans un moment où je ne l’étais pas.

photos-de-mariage-florian-et-fiona-par-agiorno-photographes-de-mariage-012

A vous tous, individus de passage,

Merci de ne m’avoir pas aimée parce que j’ai pu, grâce à ce manque, me donner tout l’amour que je ne m’avais jamais accordé.

Merci de m’avoir humiliée, trompée et trahie parce que j’ai appris à me considérer et j’ai su que je recherchais la loyauté, la fidélité, et un ami auprès de moi plutôt qu’une image photoshoppée du bonheur.

Merci d’avoir eu peur de ma tendresse parce que je peux la réserver à quelqu’un d’autre qui l’adorera et qui aura appris à m’en donner en retour.

Séance-photos-couple-Mariage

Merci d’avoir rejeté mon naturel et mon émerveillement, ma spontanéité joyeuse et enfantine parce que ton sérieux et ta négativité n’auraient jamais pu tenir une seconde face à la force de ma joie et de la jeunesse de mon cœur.

Merci de m’avoir menti parce que j’ai découvert que je ne m’épanouis que dans la vérité.

Merci d’avoir pensé que j’étais une idiote crédule et naïve parce que j’ai accepté que mon esprit avait besoin de plus de place et que le tien, plus étriqué, n’était pas prêt à m’en faire.

Merci d’avoir essayé de me ralentir, de me freiner dans mes actions, de contenir ma vivacité tumultueuse et ma joie de vivre abondante parce que j’ai pu enfin trouver la liberté en écoutant ma propre voix intérieure et j’ai pu ouvrir mes ailes sans entraves ni retenue.

Merci d’avoir profité de ma sensualité et de ma passion parce qu’en te donnant mon corps, c’est mon cœur que je te donnais et si c’était à refaire, je le referais mille fois car lorsque je donne quelque chose, je le donne de façon entière et sans attendre de contrepartie.

Merci d’avoir fui mes conversations savantes et mes rêves insensés parce que j’ai rencontré des gens qui me regardaient droit dans les yeux, me demandaient mon avis et voulaient participer à mes projets fous.

Merci de m’avoir dit de me taire si souvent parce qu’aujourd’hui, il n’est pas un moment où je ne crie qui je suis et toutes ces choses que j’ai à dire.

Merci de m’avoir montré la tristesse de ton âme parce que j’ai appris la lâcher-prise quand j’ai cessé d’essayer de te changer et de te contaminer de toutes les fleurs et les bulles de savon que j’avais dans mon cœur.

Merci de n’avoir pas eu le courage de vivre avec moi parce que j’ai pu me rencontrer moi-même et j’ai compris quelle force j’avais au fond de moi qui me mène sans personne vers l’indépendance.

Boubat--Paris-1999

Merci de m’avoir dit que j’étais étrange parce qu’il existe d’autres personnes comme moi qui auront plaisir à me connaître et à rire avec moi.

Merci d’avoir laissé un vide énorme après ton passage pour que je puisse le remplir de ma présence à moi.

Merci de m’avoir montré la cruauté des mots parce que j’ai compris qu’en usant de leur pouvoir, je pouvais déplacer des montagnes et dire tout l’amour que je ressens.

Merci de n’avoir jamais compris ce qui était important pour moi, ce qui faisait vibrer mon âme parce qu’en essayant d’enfermer mon esprit libre et mon cœur sauvage, tu m’as fait transgresser les interdits et j’ai décidé de vivre et de m’épanouir dans mes passions.

Merci d’avoir cru posséder mon corps parce que j’ai compris qu’il m’appartenait à moi seule et que je devais lui rendre hommage en le connectant avec mon âme et que je ne devais plus le laisser subir le désir des autres.

Merci pour toutes ces promesses non tenues parce j’ai compris qu’il ne faut rien attendre ni vouloir recevoir d’un cœur qui force sa nature.

Merci pour tout ce chemin que nous n’avons pas fait ensemble parce que j’ai compris que je n’avais pas besoin de toi pour avancer.

Et même si vous ne me l’avez jamais demandé, je vous pardonne de tout cela.

Marion Delage

4,193 total views, 9 views today

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *